Camille Inquimbert

 


Doctorant du Laboratoire Parcours de Santé Systémique EA 4129 - Ecole Doctorale EDISS, Université Claude Bernard Lyon 1



Activité professionnelle actuelle : chirurgien-dentiste



Ma thématique de recherche au sein du P2S : microbiote oral

 

Thèse en cours : L’effet du passage des brossettes interdentaires sur le microbiote des adolescents en fonction du risque carieux.

La carie dentaire est une pathologie complexe avec de nombreux déterminants qui entrent en compte. C’est un enjeu majeur de santé publique. Elle résulte d’un changement dans la composition de la plaque dentaire : d’une flore saine à une flore pathogène. Nous savons que la flore microbienne buccale humaine est constituée d’un biofilm très diversifié. Plus de 700 espèces différentes de micro-organismes cohabitent au sein de la plaque dentaire. L’espèce Streptococcus mutans, bien que naturellement présente dans la microflore buccale humaine, est considérée comme responsable de l’initiation des lésions carieuses. En plus d’avoir identifié S. mutans, Clarke a introduit le concept de la succession microbienne avec différentes bactéries devenant dominantes à différentes étapes du processus de la formation des caries. Le rôle des streptocoques mutans comme un agent pathogène de la carie primaire apparaît moins prononcé dans les populations avec des programmes de prévention par rapport aux populations dépourvues de caries. Au cours des deux dernières décennies, malgré la réduction de la prévalence carieuse, l'adolescence reste une période durant laquelle la carie dentaire est toujours très active. Chez les adolescents, les études réalisées à l’occasion de l’examen de prévention prévu à 15 ans montrent qu’un adolescent sur deux présente au moins une carie non soignée lors de la visite. Il existe peu d’études épidémiologiques chez les adolescents, et la majorité d’entre elles concernaient les jeunes âgés de 15 ans ou moins. Dans la plupart des cas, on peut prévenir la carie dentaire et même en inverser le processus au stade précoce en observant une bonne hygiène bucco-dentaire. Des premières études ont caractérisé le microbiote interdentaire parodontal chez l’adulte sein.